Critique de livre : Une femme discrète par Catherine Perrin

51S5iu9e3rL._SY344_BO1,204,203,200_

COLLECTION :  Littérature
ISBN :  978-2-7644-2784-2
DATE DE PARUTION :  2014-09-17
IMPRIME PAR :  Quebec-Amerique (http://www.quebec-amerique.com)
~
SYNOPSIS :
~
Dans ce récit intime et émouvant, Catherine Perrin raconte le singulier destin de sa mère, une femme douce et discrète, qui a souffert dans les dernières années de sa vie d’une maladie dégénérative rare qui affecte à la fois les mouvements, l’équilibre et la mémoire, le syndrome corticobasal. Catherine Perrin entreprend de remonter le fil de la vie de cette femme qu’elle a tant aimée, des jours heureux en famille aux jours plus sombres, de ses dernières heures jusqu’à son enfance, marquée par un traumatisme qui l’accompagnera tout au long de ses jours.
~
Parallèlement à ce récit qu’elle entrecoupe d’une lettre posthume à sa mère, Catherine Perrin mène une enquête scientifique dans le dessein d’en savoir davantage sur les maladies qui affectent la mémoire de même que sur les liens entre les chocs subis dans l’enfance et certaines afflictions.

Acheter le livre :   Chapters / Indigo    Renaud Bray    Amazon.ca


Capture_d__cran_2010-08-31___20.04.26_400x400CATHERINE PERRIN

Animatrice et journaliste, Catherine Perrin se distingue par sa rigueur, sa curiosité et son ouverture d’esprit. On peut l’entendre quotidiennement à la radio, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première. Ses talents de communicatrice lui ont valu en 2013 le prix «Coup de cœur du grand public» du Conseil supérieur de la langue française. Claveciniste diplômée du Conservatoire de Montréal, elle mène parallèlement une carrière de musicienne professionnelle. Elle a notamment joué avec l’Orchestre symphonique de Montréal, les Violons du Roy et I Musici de Montréal. Elle a également signé deux disques solo en plus de deux enregistrements avec son trio Bataclan.

Twitter   Facebook

Mon résumé :

Son coeur savait jouir de la vie.

Pour être honnête,  j’ai choisi ce livre parce que je voulais recommencer à pratiquer mon français. Il avait l’avantage d’avoir peu de pages et puis j’adorais l’image sur la couverture. J’ai donc sorti mon dictionnaire et je me suis lancée dans mon nouveau projet.

À ma surprise, j’ai découvert qu’en plus de raconter l’histoire intime et émouvante de sa maman, le livre expose toute la recherche médicale que l’auteure a faite sur la maladie de sa mère et les conséquences de la maladie sur le cerveau et la mémoire: un outil qui pourrait s’avérer précieux aux lecteurs qui portent le fardeau des traumatismes du passé.

«Le cerveau qui compose avec un traumatisme est simplement moins efficace pour combattre la dégénérescence.  En vieillissant, il perd un peu de sa capacité à gérer le stress.  De plus, à cause du stress, il perd progressivement son habileté à s’adapter aux changements biologiques (ceux du vieillissement) en environnementaux.  La démence pourra donc «profiter» de ce terrain plus fragile pour s’installer.

Le cerveau cognitif est incapable de digérer les traumas importants. Ultérieurement, sous  l’effet d’un «trigger», le stress post-traumatique peut assaillir le patient, en le submergeant de souvenirs des ces evenements traumatiques.»

Mais je crois que le message principal du roman en est un d’espoir: malgré la souffrance physique et emotionnelle de sa mere, sa foi en Dieu et sa tendresse pour son mari et ses filles lui ont apporté du réconfort. Quant à son amour pour la nature et les «petits plaisirs de la vie», ils lui ont fourni la serenité.

«Maman a eu la sante du coeur pour passer à travers.»

Une conte d’amour joliment raconté.

Leave a Reply